Je suis hypersensible, et vous?

On vous a déjà parlé de l’hyper-sensibilité ? Vous savez cette petite chose abstraite et incontrôlable qui selon les dires n’existe que dans votre petite tête ?

162b9fa830ab3c7e2a096c95eda84bf2

Pendant très longtemps, je me suis culpabilisée (à m’en croire folle) de me sentir différente. M’excusant de mes nombreuses crises de larmes, de mes angoisses de séparation ou de marques d’affection. J’ai fini par comprendre que le problème ne venait pas de moi. Car si j’avais honte de ce que j’étais, c’était à cause de ce que les autres me renvoyaient. Explications….

  • L’hyper-sensible, cet Autre inconnu

64a7c808124f030402b01dc84a781973

Le problème avec l’hypersensibilité, c’est que la plupart l’associe au terme faiblesse. Les gens pensent qu’être sensible c’est pleurer pour rien (surtout devant les films !). Ils pensent même qu’en tant qu’hypersensible, on a peur de tout. Sincèrement, ils n’y connaissent rien. Donc, en plus de ne rien y comprendre, de me juger sans me connaître, ils se permettent de me demander de m’endurcir. Ils me disent que pleurer ne résout rien. La blague, je suis bien consciente qu’on n’est pas dans Martine à la plage. Vous me voyez, moi, faire des châteaux de sable?

Petite, j’étais un bébé que l’on disait émotif, craintif, sensible aux bruits. Comme si les fées s’étaient penchées au dessus de mon berceau et se seraient dit « tient, si celle-ci on en faisait une pignouse ? ». Sympa les fées. Comme s’il existait un gêne de faiblesse ! Foutu destin…

Le pire, c’est que dans le lot, il y a ceux qui sont prêt à mettre ça sur le compte de ma féminité. Ils s’imaginent donc que le fait d’avoir des miches viendraient justifier mes angoisses. Désolée, la sensibilité n’est pas une histoire de règles. Donc à part renforcer les stéréotypes et accentuer l’idée machiste que les femmes sont plus fragiles, sachez que vous n’apportez rien à la science. Ces gens ont juste le mérite de savoir faire des raccourcis sans GPS.

Mais je crois que le pire du pire, c’est d’entendre ces quelques mots : «Tu prends les choses trop à cœur ». En général, je ne revois pas la personne qui me les crache en pleine figure. C’est violent. Mais tu crois que j’ai demandé à mon cœur de ruiner ma poitrine ? Sérieusement, tu crois que j’aime me faire du mal ? « Tu te créé ton malheur ». Ah ouais….. Et ta sœur ?!!

Et puis il y a ceux qui persistent à te voir comme actrice d’une série mélodrame ou simplement artiste torturée jusqu’au fond de ton âme. Je crois que ces personnes là ne m’ont jamais regardée. Il n’y a pas plus pieds sur terre que moi. Bref.

Ce sont pour toutes ces raisons, que j’ai tu ma sensibilité. Un jour, je lui ai fermé le clapet : « ma vieille, à partir de maintenant, vaut mieux pour toi et moi que tu te fasses toute petite. ». Grave erreur…..Car dans toutes ces raison, il n’y en avait pas une qui méritait que je m’efface.

5c586820942205bd8cf4146c1f5aee74

  • Cet autre moi

La solution ? Ne plus être soi-même. Je suis devenue au fur à mesure des années une fortiche de la trompe. Au final, c’est moi seule que je trompais. A grand renfort de « je suis forte », « tu ne pleureras pas », « rien ne t’atteint », je me suis anesthésiée au point de m’en décrocher le cœur, mes liens amicaux et même familiaux. Et c’est la vie qui m’a sauvée.

Ça a été une chute vertigineuse où je devais raccrocher chaque fil à mon cœur. Chaque fil raccroché était une décharge mortelle, sauf que j’étais toujours là bien vivante. Quand j’ai eu fini de raccrocher tout mes fils, j’ai pleuré. Et j’ai pleuré encore et encore… J’allais m’accepter moi avant de me faire accepter des autres.

  • Cette foutue hyper-sensibilité

Les gens perçoivent la sensibilité négativement. Mais pourquoi ? Aujourd’hui, je suis désolée pour tout ces gens qui jugent sans comprendre. Qui entendent mais n’écoutent pas. Qui sont prêt à penser que l’hypersensibilité est l’affaire des Romantiques ou d’artistes incompris. L’hypersensibilité n’est pour moi qu’une façon d’être. C’est une manière de vivre et d’exister.

C’est l’idée qu’une personne puisse ressentir de manière vive et parfois violente ses propres émotions. C’est l’idée que chaque sentiment se trouve décuplé. Ce n’est pas une question d’être fort ou faible. C’est juste ressentir les choses d’une manière différente. Car nous sommes tous unique et singulier. Et c’est cette différence qui fait la beauté de nos relations humaines.

560930b113ba747c0f6bb64208555c99

Je ne déverse pas de seaux de larmes au quotidien, je n’ai pas plus peur que toi du haut de mon tabouret. Seulement, je pleure intérieurement, pour moi. J’ai peur à l’intérieur. J’angoisse dans mon corps. J’hurle de bonheur en dedans. J’aime avec mes tripes. Et quand je perds, c’est une partie de moi qui s’en va.
C’est difficile, douloureux de vivre à l’intérieur. Mais c’est tout aussi difficile de faire face à de l’incompréhension et d’expliquer à quel point une chose nous touche. Car la plupart du temps, l’hyper-sensible ne sait pas. L’hyper-sensible est un émotionnel que la vie tente de rendre rationnel. Mais promis, ça s’apprivoise…

  • Être entouré des bonnes personnes

Il faut du courage pour vivre avec un hyper-sensible. Il faut pouvoir admettre que nous sommes tous différents. Il faut pouvoir envisager l’idée que l’autre ressentira avec assez de force pour ressentir pour deux.

Car l’hyper sensible aime profondément. Il souffre de tout son être. Il se bat de toutes ses forces. Il rit très fort pour un rien. Il sourit avec le cœur. Parfois, le chagrin le transperce et l’abandon le terrifie, mais le bonheur le bouleverse. Il donne en toute sincérité et garde quand il le juge nécessaire. L’hypersensible s’émeut devant une toute petite attention. Il est profondément touché par la musique ou persécuté par tel témoignage. Les autres le blessent, alors il est souvent solitaire. Il retient tout et n’oublie rien. Un détail peut le détruire ou le remettre debout. Il est capable de s’émerveiller de la lumière au petit matin. Ses sens ont de supers-pouvoirs. Il voit, entend, sent, ressent et dit avec son cœur, intensément.

L’hyper-sensible ressent tout, plus fort, plus fou. Mais il est encore trop souvent incompris mais ne désespère pas. Il sait qu’un jour, vous apprendrez à l’écouter et à le regarder comme il vous regarde. Un jour, vous porterez le même regard que je me porte aujourd’hui : bienveillant tout simplement.

Je suis hyper-sensible, et vous?

cb4ca709b4a344ae7c607ee99d23ced1

Publicités

5 commentaires sur “Je suis hypersensible, et vous?

Ajouter un commentaire

  1. Traversant une période de mal-être depuis plusieurs fois je me renseigne de plus en plus sur l’hyper-sensibilité et…encore une fois, je suis touchée par cet article.
    Même si j’aurais aimé ne pas me reconnaître dans ton article, ne pas confirmer encore un peu plus ce ‘trait de personnalité’…ça rassure de voir qu’on est pas seule..:)

    J'aime

    1. Merci à vous pour votre gentil message. Non, vous n’êtes pas seule, nous ne le sommes pas. Nous sommes juste un peu différents dans notre manière de ressentir. Comme il y a différentes manières d’agir, de penser, d’aimer… Peut être que votre mal être est lié à votre hyper-sensibilité en elle-même? N’est-il pas le moment d’assumer ce que vous êtes, et de vous aimer pour cela? Nous sommes tous unique dans notre genre. Vous êtes sans doute touchante vous aussi dans votre singularité. Soyez en fière.
      Amicalement
      Camille

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :