L’importance de savoir d’où l’on vient…

Je suis bretonne, ou plutôt je suis née en Bretagne, à Rennes. J’y suis née puis repartie au bout de deux mois pour aller vivre avec mes grands-parents paternels dans le centre de la France. Un grand bouleversement, mais une chance pour moi d’y trouver refuge et douceur après une arrivée au monde bouleversée par un drame familial. J’y suis restée 6 ans, puis ensuite il y a eu avec mon père : Saint-Denis de La Réunion, le Var, l’Afrique, de nouveau Rennes, et un petit peu tout de même la Charente Maritime. Et je pense sincèrement que la liste n’est pas finie. Alors, autant vous dire que je suis loin d’être chauvine, car je ne me sens pas plus bretonne que ça.

J’ai eu au moins 15 maisons dans ma vie. J’ai connu 3 pays différents et de nombreuses régions de France. Et par dessus tout, j’ai du faire ma valise un million de fois. Alors dire que je suis rennaise, oui, mais pas que. J’ai davantage l’impression d’être tout et rien à la fois. Comme si je ne savais ni comprendre mes origines ni trouver un point d’ancrage où déposer mes bagages. On peut dire que j’ai été beaucoup trimbalée !

Plage d’Étang Salé ( La Réunion, 2002)

Je garde pourtant un souvenir riche de mes nombreux déménagements. Enfant puis adolescente, j’avais une peur terrible à l’idée de quitter mon univers. Ce n’est pas tant que j’étais attachée au lieu, à force on ne s’attache plus intensément, c’était simplement cette douleur d’un « encore un départ », un « je quitte tout, j’abandonne tout derrière moi ». Ce n’est seulement qu’après que l’on réalisait avec mes sœurs que finalement ce n’était pas plus mal d’aller découvrir une nouvelle ville, un nouveau chez nous. C’était à celle qui choisira sa chambre en premier d’ailleurs…. une complicité de plus avec les deux plus jeunes.

saintgilles
Chez Loulou – emblématique, tous les réunionnais connaissent !- (La Réunion, 2001)

Puis avec le recul des années, on finit par comprendre que tout ces déménagements depuis ma naissance, ces arrachements, ces abandons, pendant longtemps trop lourds à porter tant leur poids écrase, finissent par être perçus comme une chance. On vit moins longtemps avec ces gens, mais on le vit plus fort encore. J’ai le souvenir que lors de mon unique année passée à Libreville (Gabon), entre amis, nous nous serions dans nos bras pour nous souhaitez une bonne journée. C’était affectueux, profond et tellement sensible. Cela a été une des meilleures années de ma vie. Je n’ai jamais été autant « moi » qu’en 2010. On ne mesure pas l’étendue du pouvoir des gens que l’on rencontre, du moins pas tout de suite. Si je pouvais revenir en arrière pour le leur dire, je le ferais sans hésiter. Mes souvenirs sont puissants.

gabon
Libreville (Gabon, Afrique 2010)

Tous les paysages que j’ai eu la chance de voir, les gens que j’ai pu rencontrer, avec lesquels j’ai partagé un instant de vie, sont aujourd’hui une richesse qui reste gravée en moi. Je dis d’ailleurs souvent que j’ai eu plusieurs vies, à des endroits différents. Aujourd’hui, j’essaie de rassembler les morceaux.

C’est bien, les voyages, tout dépend de comment on les vit. Je reste intimement convaincu que l’on ne vit pleinement un voyage qu’en ouvrant grand ses yeux, son sourire et son cœur. Cela n’a pas été mon cas pendant des années. Mais c’est avec cette philosophie que dorénavant j’entame chacun de mes départs, en reconquête du temps perdu. Car ce sont eux qui nous forgent et nous façonnent. J’ai mis longtemps à me rendre compte qu’ils avaient fait de moi (en partie) ce que je suis aujourd’hui. Et même, si une partie de moi regrette de ne pas avoir d’attaches, je suis aujourd’hui riche de tous ces magnifiques déplacements.

 

Et vous, d’où venez-vous?

 

Publicités

Un commentaire sur “L’importance de savoir d’où l’on vient…

Ajouter un commentaire

  1. Très bel article Camille, comme toi j’ai vécu un peu partout sans avoir connu ma région natale, et le hasard a fait que je vis à quelques kms de Verdun où je suis née. Beaucoup de départs et de nouvelles vies, à chaque fois le coeur brisé, mais je me rends compte aujourd’hui que j’ai beaucou appris de tout ça. Oui c’est une chance, il faut vivre chaque seconde pleinement! Bonne continuation 😘

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :